Écrits de détresse

Note globale

8.00/10

Note littéraire

8.00/10

Thriller

4 évaluations

271 pages

Je m'appelle Alban, mais en public on m'appelle A.M.. 53 ans, marié, une fille et surtout, je suis l'auteur de la plus célèbre série de polars à succès jamais publiée. Ma vie était aussi paisible que la surface d'un lac figé par la rigueur de l'hiver. Ni vague, ni remous. Que demander de plus ? Sauf que depuis quelques semaines, un énorme caillou est venu briser la glace et perturber la plénitude de mon existence. Je me suis senti soudainement vulnérable et fragile. Au début, j'en avais presque souri, prenant ces missives anonymes comme un dommage collatéral de mon succès. Ces messages étranges, sans nul doute fruits d'un corbeau hostile et malveillant, je les ai tout d'abord simplement pris pour de la pure jalousie. Je ne me connais pourtant aucun ennemi ni aucun secret qui justifie un tel acharnement contre moi. À moins que ... Les jours passent et le corbeau est plus omniprésent que jamais, rôdant, scrutant mes moindres faits et gestes. En réalité, ce n'est même pas un corbeau, mais un vautour, un charognard vicieux, tortionnaire et nécrophage qui m'agrippe de ses serres et attend patiemment ma chute pour se délecter des lambeaux de ma vie. Cet infect individu sait tout de moi, et je ne sais rien de lui. Pour l'instant... Car je veux le retrouver. Et je vais le retrouver.
acheter

L'auteur

Cindy V.
29 ans

Argilly

Passionnée d'écriture et de lecture depuis son plus jeune âge, Cindy Valt signe son premier roman “Écrits de détresse” à 27 ans après deux ans de travail. Ingénieur agroalimentaire et installée en Bourgogne avec sa famille, elle consacre son temps libre à l'écriture de romans à suspense, mais aussi de contes pour enfants.
Découvrir l'auteur

Ils ont lu ce livre

Lecteur d'Or
Khalfi Yacine
8.00/10
La fille d'Alban et de Héléna, en l'occurrence Léa, s'avère être une jeune fille pleine de réactions imprévues. Fiancée...
Lire l'évaluation

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

Ce livre n'a pas encore reçu de commentaire...